Santé et fact-checking

Dans cette partie, nous cherchons à évaluer la place du thème de la santé et de la nutrition dans le fact-checking. En guise de contextualisation, il est intéressant de dresser le panorama actuel du fact-checking en France avant de s’intéresser plus précisément au thème de la santé.

Le fact-checking apparaît comme une pratique relativement établie au regard des données récoltées, comme le montre l’infographie suivante.

État des lieux du fact-checking en France
Source : Questionnaire général, 2019
Effectif : N=105

Ainsi, 91% des individus interrogés disaient connaître le fact-checking. Mais cela s’accompagne aussi, au-delà d’une simple conscience de l’existence du fact-checking, d’une familiarité affichée. En effet, près de 3 personnes interrogées sur 5 ont considéré qu’elles se situaient sur un des deux degrés de familiarité les plus élevés.

Source : Questionnaire général, 2019
Effectif : N=105

Cette familiarité s’accompagne d’un réel plébiscite pour le fact-checking puisque près de 90% des personnes interrogées se sont dites favorables ou très favorables au fact-checking. Cela peut être un symptôme d’une impression générale de présence importante des fake news dans notre société actuelle. Le fait que 70% des individus de notre échantillon considéraient que les fake news sont très ou assez présentes dans les informations va dans ce même sens.

Source : Questionnaire général, 2019
Effectif : N=105

Un intérêt minime pour les infox relatives à la santé

Mais quel place a la santé dans ce contexte? Les médias s’adonnent-t-ils à débunker les fake news relatives à des enjeux de santé et de nutrition? Les individus ressentent-ils le besoin d’un fact-checking plus attentif à ces sujets? C’est ce que nous allons étudier maintenant.

Nous avons donc quantifié la proportion des thèmes des informations vérifiées par trois rubriques de médias connus et reconnus pour leur travail de fact-checking en France : AFP factuel, Les décodeurs, Checknews. Il faut noter la spécificité de ce dernier puisque dans son cas, les journalistes répondent aux questions des lecteurs et ne choisissent donc a priori pas leurs sujets eux-mêmes. En effet, les journalistes de Checknews affirment : « Nous essayons de répondre à tout » en apposant seulement trois restrictions : il faut que la question présente un intérêt pour un grand nombre de personnes, qu’elle ne soit pas trop large ni ne concerne la vie privée des individus. Nous pourrions donc penser que la répartition des thèmes des articles reflète les besoins de la population.

Les trois diagrammes circulaires ci-dessous montrent la répartition des différentes thématiques dans ces trois médias.

Thèmes des articles d’AFP Factuel entre le 1er octobre et le 8 novembre
Échantillon de 50 articles
Thèmes des articles d’AFP Factuel entre le 24 octobre et le 8 novembre
Échantillon de 50 articles
Thèmes des articles d’AFP Factuel entre le 9 septembre et le 8 novembre
Échantillon de 50 articles

Bien que les résultats diffèrent quelque peu entre les sites, plusieurs résultats communs ont pu être mis en évidence. Il est particulièrement intéressant de faire interagir ces constats avec les impressions du public concernant les thèmes les plus traités mais aussi avec les souhaits des lecteurs.

Source : Questionnaire général, 2019
Effectif : N=105

Santé et environnement, des thèmes plébiscités mais peu traités

  • Le thème de la santé est peu traité dans ces médias, variant entre 2% pour Checknews et 8% pour Le Monde. La nutrition est encore moins présente avec une seule occurrence parmi les 150 articles de l’échantillon. Pourtant, la santé est un thème qui est assez demandé par le public puisque plus de 20% de notre échantillon considèrent que c’est le thème auquel le fact-checking devrait consacrer plus d’articles (Questionnaire général, 2019).
  • L’environnement est assez peu traité mais atteint tout de même 10 % aux Décodeurs. Cependant, c’est l’un des thèmes qui est plébiscité par le public si l’on en croit notre enquête, puisque un tiers de l’échantillon considère qu’il s’agit du thème qui devrait être plus traité par le fact-checking.

Il semble donc y avoir un décalage entre les attendus du public et les choix journalistiques opérés par les rédactions. Cependant, le cas de CheckNews est intéressant. Comme nous l’avons mentionné, le concept de ce média est de répondre aux questions du public. Sa répartition pourrait donc davantage refléter les souhaits des lecteurs. Or, il s’agit du média qui, dans l’échantillon, traite le moins des fake news en matière de santé. Concernant le thème de l’environnement, il se situe dans la moyenne puisqu’il le traite davantage que l’Afp factuel mais moins que Les Décodeurs.

Les actualités politiques passées au crible

  • L’actualité politique subit le plus la vérification des journalistes. Cela concerne un pourcentage assez similaire dans les trois médias, à hauteur d’un peu moins d’un tiers des articles. Cette prédominance des articles politiques est perçue par le public puisque dans notre enquête, près de 6 Français sur 10 considéraient que le domaine politique était traité par les fact-checking.

Ce lien entre politique et fact-checking se donne à voir grâce à l’utilisation d’outils comme Google Trends, comme nous pouvons l’observer ci-dessous.

Évolution de l’intérêt pour la recherche « Les Décodeurs »


Ce graphique indique la fréquence de recherche du site « Les Décodeurs » du Monde (premier site connu selon notre sondage) depuis octobre 2014. Un pic, situé entre le 30 avril 2017 et le 6 mai 2017, se détache clairement. Or, cela coïncide directement avec les dates des élections présidentielles en France (23 avril et 7 mai pour le premier et second tour). Ce sont des résultats dont on peut se douter, soit. Mais l’utilisation d’outils tels que Google Trends nous permet de les représenter graphiquement et de les quantifier de manière plus précise qu’une première approche basée sur des suppositions. L’étude de phénomènes controversés nécessitent l’usage de données claires et fiables. Cela montre l’articulation étroite qui existe entre fact-checking et politique. Cela peut signifier que les internautes, en période électorale – une période où chaque parole politique compte et est donc scrutée -, utilisent particulièrement le fact-checking.

  • Le thème de l’économie est également assez traité, quoique dans une moindre mesure que la politique, et à un niveau plutôt stable entre les trois journaux (entre 12% et 15%).
  • Le thème de la défense apparaît également comme privilégié même s’il existe une grande disparité entre les journaux. Plus de quatre fois plus d’articles y sont dédiés à Checknews qu’au Monde. Cela peut être le signe d’un intérêt important du public pour les enjeux de sécurité.